Manifeste pour le vin naturel

En marge de l'industrie du vin et de ses millions de litres insincères, le vin naturel nous offre en fait un modèle de société inédit, joyeux et transparent, à décliner immédiatement... Ce vin exemplaire, délicieux et philosophal - mais qui n'a aucune reconnaissance officielle à ce jour - méritait donc son manifeste.

Le vin naturel est à l'évidence l'émanation d'une contre-culture dans l'agriculture - une "contre-agriculture" qui s'impose dans le paysage sans autre violence qu'un ou deux cadavres de bouteilles. Et ces gentils missiles sol-verre, qui grignotent du terrain an après an, font désormais parler d'eux bien au-delà des habituels cercles de trinqueurs. Mais selon nous, leurs défenseurs, leurs prescripteurs, ces vins figurent (surtout) un modèle, à reproduire partout : dans l'agriculture et l'artisanat en général, bien sûr, mais aussi dans tout acte de production. Parce que le vin naturel est la manifestation la plus achevée d'une utopie, sa réalisation concrète ; une chaîne éthique, qui va de la terre et de la plante travaillées avec soin (sans engrais ni pesticides de synthèse et en faisant l'impasse sur 99% des additifs autorisés) jusqu'au consommateur comblé et informé, transparence oblige, en passant par une commercialisation elle aussi artisanale et équitable (notamment via les cavistes alternatifs, ces passeurs passionnés).

Antonin Iommi-Amunategui s'attaque dans ce manifeste à une meilleur compréhension de ce milieu alternatif n'ayant pas de définition claire afin de réconcilier les partisans et les détracteurs de ce mouvement autour des vins naturels.

Sortie nationale dans toutes les librairies dignes de ce nom le 14 septembre 2015 et également sur le site de l'éditeur.

>> Acheter le manifeste <<

Manifeste pour le vin naturel - Antonin Iommi-Amunategui

Je n'ai jamais été un grand défenseur de la cause des vins naturels car il m'est déjà arrivé de déguster des bouteilles imbuvables mais qui du fait de leur caractère "naturel" était reconnue mondialement... Je reste tout de même un fervent défenseur du concept d'utiliser le minimum d'intrants car les sulfites m'empêchent aujourd'hui d'apprécier pleinement certaines bouteilles.

Il manquait toutefois un recadrage, que vient combler en partie ce manifeste, afin de replacer la qualité du raisin qui doit être impérativement produits sans pesticides chimiques, ni engrais de synthèse (ce qui n'est pas toujours le cas dans la mouvance des vins naturels). Et bien sûr il paraitrait aberrant d'utiliser des intrants chimiques dans l'élaboration du vin qui finissent directement dans les verres du dégustateur.

On pourrait a priori le définir comme suit: un vin naturel est conçu à partir de raisins issus de l'agriculture biologique ou de la biodynamie, vendangés à la main et vinifiés à l'aide de techniques artisanales, sans aucun intrant, à l'exception possible, mais pas encouragée, de très faibles doses de sulfites. Le zéro-additif étant l'objectif, l'idéal.

Cette quête du plaisir au naturel n'est pas nouvelles, d'éminents héros des temps modernes ont déjà œuvrés sur le sujet!

Pour affronter l'anesthésie persiflante contemporaine, nous érigerons une galerie de prédécesseurs, des héros qui continuent la lutte contre la mauvaise conscience mais qui savent encore faire la fête, [...] des grands esprits, pas seulement à la recherche de la Vérité, mais de la vérité du plaisir, sérieux mais sachant boire, que leur heureuse disposition ne rend pas paresseux mais aigus, brillants mais pas tourmentés. Imaginez un Nietzche avec une bonne digestion.

Hakim Bey

Ce manifeste donne la parole aux principaux acteurs de ce mouvement des vins naturels.

Le vin naturel doit en effet, selon nous, non seulement être reconnu officiellement partout, mais être considéré comme un modèle (agricole, économique et, in fine, politique et sociétal) à suivre et à décliner.

La parole est aussi largement confiée à plusieurs figures majeures du vin naturel - de Jacques Néauport à Pierre Overnoy en passant par Olivier Cousin, Thierry Puzelat ou encore Richard Leroy et Alice Feiring - pour tenter de parvenir à une forme de synthèse, celle-ci pouvant faire office de socle pour des propositions concrètes, en vue de la naissance officielle du vin naturel; première brique liquide du monde d'après.

Sans oublier le premier réalisateur à avoir pointé du doigt le problème de l'industrialisation du vin amenant à une "Parkerisation" du goût avec son film Mondovino.

Dans son film Résistance naturelle, Jonathan Nossiter crée des liens, des passerelles, entre ces vignerons naturels, en marge de l'industrie viti-vinicole, et les cinéastes indépendants qui, selon lui, doivent s'en inspirer. Le vin naturel est alors perçu comme le résultat d'un processus de création libéré: libéré des produits chimiques de synthèse et des industriels qu'ils induisent, libéré du carcan des appellations standardisées, des grands réseaux de distribution, des guides à papa et des médailles en toc...: libéré, en bref, du long tunnel de l'industrie dominante.

En parlant bien sûr de l'industrie du vin qui va définitivement essayer de récupérer ce concept commercial hyper à la mode !

Soit, il faut donc définir le vin naturel pour achever de le libérer, et nous avec. Rien de plus facile, à un écueil près : il faut le définir de telle sorte qu'il ne soit en rien récupérable par l'Industrie. Le vin naturel ne peut être industriel, il est essentiellement le fait d'artisans indépendants et il ne saurait en aller autrement. Les tentatives de récupération déjà opérées sont d"ailleurs mort-nées, échouant systématiquement dans les forteresses pâles de la consommation (grande distribution, chaînes de pseudo-cavistes, etc.) : un indice suffisant de leur facticité, sans même parler du goût grotesque de ces vins-Frankenstein.

Mais faut il réellement réglementer le vin naturel ? Alors qu'il est à la base un électron libre de la société ? Le vin est le seul produit alimentaire n'ayant pas de Limite Maximum de Résidus (LMR)... Il y a bien plus important à avancer sur la question générale du vin avant que ces vignerons marginaux s'imposent à eux-mêmes une législation supplémentaire.

Pourquoi le vin naturel est-il le seul produit emballé où les produits utilisés n'apparaissent pas ? Pourquoi le vin n'a-t-il pas à répondre aux lois du produit alimentaire ? Parce que si tu fais ça, tu fais tomber tout le vin mondial... Il faut acheter son vin chez son caviste, il racontera moins de conneries que l'étiquette.

Un manifeste à se procurer pour comprendre ce mouvement et défendre la cause !

Sortie nationale dans toutes les librairies dignes de ce nom le 14 septembre 2015 et également sur le site de l'éditeur.

>> Acheter le manifeste <<

Mots-clés: antonin iommi-amunategui, manifeste, vin naturel, editions de l'epure

 

 Aimez-vous ce site ?


Documentaires à découvrir !

Insecticide Mon Amour

Une enquête de plus de 2 ans autour du problème des traitements obligatoires aux insecticides contre la flavescence dorée dans le vignoble bourguignon.

Insecticide Mon Amour - Film documentaire

La Clef des Terroirs

Entre passion et poésie, ce film documentaire retrace la vie de vignerons ayant choisi de travailler au plus proche de la nature.

La Clef des Terroirs - Film documentaire

Retrouvez MOI sur les réseaux sociaux

Le realisateur de documentaire Guillaume Bodin au domaine de la soufrandiere à vinzelles Guillaume Bodin

Je voulais devenir vigneron en biodynamie mais les traitements chimiques ont tout remis en question. Je me suis reconverti dans le documentaire.

Suivez-moi sur FACEBOOK - TWITTER